Imprimer

Inauguration de l’avenue Philippe RIEU à la Valentine

 

Monsieur Philippe RIEU dont vous avez bien voulu honorer la mémoire, Monsieur le Maire, en baptisant de son nom cette Avenue de la Valentine, était un homme peu ordinaire. Si j’osais, je le qualifierais même d’extraordinaire. Jugez-en par vous-même.

Dévoilement de la plaque

 

Né dans une ferme proche de Balazuc, en Ardèche, le 29 Janvier 1874, il faisait partie d’une fratrie de 13 enfants, trop vite ramenée à 7 par la maladie. La vie était rude sur ces terres rocailleuses et la science ne connaissait pas encore les antibiotiques.

Les discours

 

Selon la légende familiale, il aurait, à l’âge de 12 ans, à la suite d’un différend avec son instituteur, décidé de prendre la route pour faire sa vie. Quoi de mieux qu’une grande ville pour trouver des opportunités ? Et pourquoi pas la capitale ? Il s’y rend, vivant d’expédients et de services rendus dans les fermes de rencontre. Mais la ville lumière n’aura pas tenu ses promesses car un an plus tard, le voici à Marseille embauché comme apprenti dans une boucherie du centre-ville. Là, sa journée achevée, il étudie jusqu’à tard dans la nuit, dans sa chambre, à la lueur d’une bougie. Il a très tôt compris que, sans instruction ni diplôme, son avenir serait vite limité.

 

Alain et Michel RAPHAEL entourée des élus et amis de la famille

 

Ouvrier confirmé, il ouvre sa propre boucherie, rue Longue des Capucins, et rejoint le Syndicat de la Boucherie des Bouches du Rhône, qu’il présidera de 1904 à 1909.

L’engagement professionnel est pour lui une évidence. Dans la grande ville portuaire, les artisans et commerçants peinent à peser sur les décisions face aux grandes compagnies, sucrières, céréalières ou de navigation. Il fonde donc, en 1908, la Fédération des syndicats commerciaux, industriels et agricoles de Marseille et des Bouches du Rhône, qu’il présidera jusqu’en 1926. Il dote, aussitôt, cette nouvelle Fédération d’un journal qu’il dirigera jusqu’à son dernier jour.

 

M. et Mme Alain RAPHAEL

 

Entre-temps, il rachète une petite entreprise de manutention dont il fera l’entreprise Rieu, seule société d’acconage, spécialisée dans la manutention des animaux vivants, sur le port de Marseille ; accède à la Présidence de la Société des Glacières de l’Alimentation Marseillaise et intègre (en janvier 1913) la Chambre de Commerce de Marseille dont il sera le plus jeune élu avant d’en être nommé Membre Trésorier, puis 1erVice-Président et enfin Vice-Président honoraire (distinction rarement attribuée). S’il n’en fut jamais Président, c’est qu’en ce temps-là, il n’était pas concevable qu’un représentant du « petit » commerce accède à la Présidence. 

 

Étonnant parcours, vous en conviendrez. Fulgurant, même. Qui lui valut, entre autres, d’être fait Chevalier de la Légion d’Honneur le 26 janvier 1929.

 

Un parcours achevé bien trop tôt, à l’âge de 60 ans, emporté par la maladie dans sa belle villa du boulevard de la Lise à Beaumont, où il venait d’aménager, à peine un an plus tôt.

 

La légende familiale, toujours elle, dit de Philippe Rieu qu’il était un homme bon, bonhomme même, rigoureux à l’extrême, loyal, doté d’une force de persuasion peu commune et d’un sens profond de l’intérêt public. Et surtout, qu’il n’avait jamais oublié ses origines ce qui le rendait tout aussi exigeant que bienveillant à l’égard de ses collaborateurs. 

Ceci, je le tiens, aussi, des recherches que j’ai pu faire sur cet aïeul singulier. J’ai eu en particulier la chance de rencontrer, il y a bien longtemps aujourd’hui, certains cadres très âgés de la Chambre de Commerce qui gardaient un souvenir précis et chaleureux du Président Rieu.

 

Aujourd’hui, une voie de ce bel espace commercial, qui l’aurait certainement enthousiasmé, porte son nom.

Au nom de ma famille, en mon nom personnel, permettez-moi Monsieur le Maire, de vous remercier d’inscrire, ainsi, dans la postérité le nom de Philippe Rieu, notre Grand-père.

 

Propos recueillis par Constantin LIANOS

Président de l'ANACLE et ami de Alain RAPHAEL (petit fils de Philippe RIEU) 


00035045 mis à jour 00044017  

 

 Texte et photo Constantin LIANOS © Monsieur-Légionnaire  

 

Catégorie : In mémoriam
Affichages : 1426