Fil de navigation

Florence Parly, ministre des Armées, a remis la croix de la Valeur militaire au drapeau du 2e REP

 

Ce samedi 23 Septembre 2017 matin, au camp Raffalli a eu lieu la prise d'armes de la Saint-Michel, patron des parachutistes. Une prise d'armes présidée par la ministre des Armées Florence Parly qui coïncidait avec le 50e anniversaire de l'installation du 2e REP à Calvi. 

 

Comme la veille pour le concert exceptionnel donné au théâtre de verdure de Calvi par la Musique de la Légion Etrangère et la chorale Cantemu Inseme, il y avait énormément de monde pour assister à cette cérémonie de la Saint-Michel. 

 

Depuis 50 ans, Calvi et le 2e REP marchent d'un même pas. Aussi, on imagine combien l'émotion était forte dans les rangs et près du public et combien militaires et civils étaient en communion. 

 

Autour de la voie sacrée, exceptionnellement, le Régiment était au grand complet. 

 

La Musique de la Légion Etrangère rehaussait cette prise d'armes de sa présence. 

 

Impressionnants dans leurs tenue de ville, blaser frappé de l'emblème des légionnaires parachutistes, les anciens, qui ont écrit les première pages de l'histoire glorieuse des légionnaires parachutistes, regagnaient au pas de la Légion leur emplacement en entonnant leur chant de tradition. 

 

Lcl Constantin LIANOS, Général Eric Bellot de Minières et Daniel Schoepperle

 

Au moment de l'arrivée des autorités civiles et militaires, quatre mirages 2000 effectuaient un survol au-dessus de la voie sacrée. 

 

Les autorités saluaient le Drapeau avant que la ministre des armées suivie par le CEMAT et le colonel Jean de Monicault ne passent les troupes en revue.

 

La Croix de la Valeur militaire au Drapeau  

 

Le Drapeau sans sa garde se plaçait au centre de la voie sacrée, avant que Florence Parly, ministre des armées ne décerne la Croix de la Valeur militaire au Drapeau du 2e REP. Distinction exemplaire  qu'elle épinglait au Drapeau et qui représente l'attitude exemplaire et méritante du Régiment dans le cadre de l'opération "Barkhane" au Sahel en 2015.

 

 

Suivait une autre remise de décorations à trois combattants méritants. 

 

L'adjudant-chef (er) Kuhlmann était élevé au rand d'Officier de la Légion d'honneur par le colonel (er) Lhopitalier. 

Ensuite, en reconnaissance de la qualité de leur action commune en opération, deux sous-officiers ont été mis à l'honneur en étant décorés par le général, commandant la Légion Etrangère et le Général de Brigade Patrick Collet. Il s'agit du sergent Martin Zamora et du sergent Grégory Gnahoui.

 

" Voila 50 années, le dernier légionnaire parachutiste quittait la terre algérienne pour rejoindre la Corse et le Golfe de Calvi où une nouvelle page déjà glorieuse du 2e Régiment Etranger de Parachutistes allait s'écrire. 

"Il est des rencontres qui ont marqué l'histoire de nos armées. Celle du 2e REP et de la Corse en est une car plus qu'une simple garnison Calvi est un foyer. 

 

C'est dans ce régiment, sur cette île, que vous faites vivre le sens du mot HONNEUR. 

Honneur et fidélité à vos anciens dont vous suivez le pas et qui sont  à la fois votre devise  et votre modèle. Honneur à vos camarades qui  comptent plus que tout, honneur enfin à votre magnifique unité, à la valeur universellement reconnue. 

 

Les légionnaires ne connaissent pas le sens du mot PEUR.. Les parachutistes du 2e REP  en sont les exemples mêmes. 

 

Tout comme Saint-Michel votre Saint Patron que nous célébrons aussi aujourd'hui, vous êtes les combattants, prêts à descendre du ciel pour affronter un ennemi, quelle qu'en soit  la  forme, quelle qu'en soit  la force". 

Et de poursuivre en parlant des 11 citations qui ornent le Drapeau du régiment  et de  valeurs: 

 

" Ces valeurs vous les partagez avec la Corse. partager le respect des anciens, de leur mémoire. Vous connaissez ensemble cette fraternité dans la joie comme dans les souffrances. Vous incarnez aussi la fidélité à ce qui est juste. 

C'est une même communauté que vous formez maintenant légionnaires et Calvais. Une communauté fondée sur le respect et l'amitié. Une communauté ou chacun s'entraide et prend part à la vie de la cité. Je connais aussi votre lutte conjointe contre les feux de forêt ou encore l'implication de vos médecins à l'Hôpital Calvi-Balagne. C'est par  cette estime et cette reconnaissance que le 2e REP sent son coeur battre avec celui de la Corse". 

Et de conclure:  

 

 " Vous n'avez pas seulement  des armes chantez vous, je le crois aussi,  vous avez avec vous la force des actes héroïques de vos ainés, vous avez avec vous l'exigence et la bravoure de la Légion. Vous avez avec vous enfin le courage, la fierté et l'honneur de la Corse. 

 

Vive le 2e Régiment Etranger de Parachutistes, vive la République, vive la France ». 

 

La ministre des armées, le chef d'Etat-Major de l'Armée de terre, le chef de corps du 2e REP et les anciens chefs de corps présents ont ensuite déposé des gerbes au pied du Monument  "More Majorum", rendant ainsi hommage aux hommes tombés au champ d'honneur pour défendre la nation, ses idéaux et ses valeurs auxquels ils croyaient passionnément. 

 

A l'issue du défilé des troupes, un cocktail devait suivre au Parc Borelli. 

 

Au cours de celui-ci, ont pris la parole: le Colonel Jean de Monicault, le Maire de Calvi Ange Santini et la ministre des armées Florence Parly, avant le traditionnel échange de cadeaux. 

(Les Lcl Constantin LIANOS et Pierre-François NEUVILLE)

Le public était invité à assister à une démonstration de sauts avant l'ouverture de la kermesse.

Safe the date :
Dans le cadre du cycle des conférences 2017 - 2018 le Juge Jean-Louis BRUGUIÈRE interviendra à Marseille le Samedi 9 Décembre 2017 à 11 H 00 à l'issue de l'Assemblée Générale, au profit des membres et amis de l'AACLE de Marseille - Provence. 
Les voies de la terreur
Figure emblématique de la lutte contre le terrorisme, Jean-Louis Bruguière a vu défiler dans son bureau les principaux terroristes des trois dernières décennies. Il a été le premier observateur de l’évolution radicale du danger, du passage d’un terrorisme révolutionnaire européen à un terrorisme islamiste mondialisé, qui a conduit aux attentats du 11 septembre 2001 à New York, de 2004 et 2005 à Madrid et Londres, de 2015 à Paris et de 2016 à Bruxelles.

Au travers de récits, d’expériences professionnelles et d’analyses, il explique pourquoi, contrairement aux idées reçues, Daech s’inscrit dans un continuum idéologique, sans rupture stratégique : mêmes références, même projet djihadiste, mêmes cibles. En dépit de moyens logistiques sans précédent et d’une méthodologie opérationnelle nouvelle, tout était déjà là dès les années 1980 en Afghanistan, en Algérie et en Irak, à Molenbeek aussi.

Qui sont ces terroristes qui ont juré la chute des sociétés occidentales ? Comment nos gouvernants, nos services de justice, de police, de renseignements peuvent-ils contrer cette menace grandissante ? Qu’avons-nous retenu des horreurs et des erreurs du passé ?
 
(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Fort d’une expertise unique, Jean-Louis Bruguière répond pour la première fois à l’ensemble de ces questions et livre dans cet ouvrage une analyse aussi pertinente qu’iconoclaste.

Ancien magistrat, Jean-Louis Bruguière a coordonné le pôle anti-terroriste de Paris, il a été le haut-représentant de l’Union européenne pour le programme américain de lutte contre le financement du terrorisme et est conseiller de chefs d’État et de grandes entreprises.
***
Jean-Louis BRUGUIÈRE nous fera l'honneur pour venir à Marseille le 9 Décembre 2017 pour nous faire une conférence à l'issue de l'Assemblée Générale de l'Amicale des Anciens Combattants de la Légion Étrangère de Marseille-Provence.
 
Membre d'honneur de l'AALEMP, Jean-Louis BRUGUIÈRE répondra à nos questions et dédicacera son livre  "Les voies de la terreur".
 
Pour vous inscrire à cette conférence il faut être membre de l'AACLE de Marseille-Provence ou vous faire coopter par un membre de l'AACLEMP. 
 
Lieutenant-colonel Constantin LIANOS
Président de l'AACLE de Marseille-Provence
 
*******
Les livres seront à votre disposition à la conférence au prix de 18,00 € chèque à l'ordre de l'AACLEM ou en espèce, achat et dédicace sur place
 

EAN : 9782213684758 - Code article : 1300015

Parution : 19/10/2016 - 304 pages

Format : 153 x 235 mm

Prix imprimé :  18.00 €

Nommé recteur de la basilique du Sacré-Cœur, en septembre 2000, le chanoine Pierre Duménil, l’un de mes prédécesseurs, me remit quelques archives, provenant de la Visitation de St Jérôme de Marseille et diverses indications concernant les recherches à effectuer et les personnes à contacter, si le procès en béatification de la servante de Dieu Anne-Madeleine Rémuzat était repris.

 

Je venais de découvrir la vie et le message spirituel de la servante de Dieu Anne-Madeleine Rémuzat.

Prêtre depuis 1969 pour le diocèse de Marseille, après avoir été aumônier de lycée, puis curé dans la zone extérieure du diocèse, je fus nommé en 1981, curé de de St Victor, et ce pendant 19 ans.

 

Je trouvais également dans la bibliothèque du presbytère du Sacré-Cœur, des images, des livrets, des cartes postales anciennes la concernant, quelques articles publiés dans une période récente, un texte explicatif sur les Litanies du Sacré-Cœur qu’elle avait écrites et proposées pour le diocèse de Marseille et qui devinrent celles de l’Eglise Universelle…

Je venais de découvrir en fait les premiers éléments, qui me permettraient d’entrer dans un long processus de recherches biographiques et bibliographiques, d’étudier la vie de celle qui, au XVIIIe siècle, fut la propagandiste de la dévotion au Cœur Sacré de Jésus.

 

Les circonstances voulurent que, dès la première année de ma nomination, lors de la célébration de la fête du Sacré-Cœur en 2001, me soit remis le coffret contenant son cœur momifié.

 

La lecture d’une vie, que sœur Chevalier, avait écrite à la fin du XIXème siècle, pour l’introduction de sa cause me permit d’aller plus loin dans la connaissance de son message. Le chanoine Albanès, historiographe du diocèse, avait eu la charge d’accompagner son procès de béatification et canonisation à Rome. Commençait pour moi, la découverte de cette amie du Sacré-Cœur de Jésus, d’autant que l’ouvrage était une chronique très bien documentée sur la vie d’une jeune visitandine, soulignant l’expérience mystique de celle qui était destinée à souffrir et à aimer. Elle invitait les pécheurs, de la part du Christ, à se réconcilier avec Dieu, bénéficiant de son amour et de sa miséricorde. C’est sœur Rémuzat, qui proposera à Mgr de Belsunce, en 1720, durant la grande peste, de consacrer le diocèse et la ville de Marseille à son Cœur Sacré. Ce qu’il fit.

 

Je me mis à rechercher toute la documentation concernant cette période, mais également des éléments biographiques, car je désirait approfondir sa vie et son message. L’ouvrage de sœur Chevalier me servit de guide et de fil rouge, la lecture n’étant pourtant pas facilitée, par le style du XIXe siècle, mais je m’habituais.

 

Je reçus alors une paroissienne, Mme Renée Laville, qui ayant pris des photos des vitraux et du Chemin de la Croix de la basilique, venait me présenter son travail. Durant notre échange, j’eus l’idée de lui proposer d’aller plus avant, dans l’histoire de la construction de l’église. En fait, nous devions éditer un album souvenir, pour l’anniversaire du 60ème anniversaire de sa consécration.

 

Ses recherches sur Mgr de Belsunce, la conduisit aux trois bibliothèques marseillaises puis aux Archives départementales et municipales, pour parfaire la documentation. Parallèlement, je me mis à relire, la vie de sœur Anne-Madeleine Rémuzat. Il me semblait évident de communiquer aux Marseillais ce qu’elle avait vécu et ce qu’ils lui devaient ; je pensais que d’années en années, son souvenir s’était estompé, mais je faisais une erreur, car il était toujours présent dans le cœur, l’esprit et la mémoire des plus anciens et de nos contemporains. Dans les années 1980-1981, un essai de reprise de la cause en béatification avait été décidé par couvent de la Visitation de St Jérôme, et les religieuses proposaient une série de conférences, pour mieux faire connaître son message et le rôle qu’elle jouera dans Marseille au XVIIIe siècle.

 

L’Echo de Notre-Dame de la Garde, me fut une mine, d’où je puisais les premières indications, qui me permirent de mieux approfondir sa vie et son message. Je fis alors, un long travail de recherche, d’enquête, d’échanges et de correspondances. L’Internet nous permis une rapidité de réponses appréciable.

 

Il fallait contacter les Visitandines de Marseille. Je les avais rencontrées à la basilique du Sacré-Cœur lors la messe du vœu des échevins. Je me rendis à la Visitation des Accates, seul monastère de la Visitation à Marseille, celui de St Jérôme étant fermé en 1986 et les religieuses dispersées à Tarascon, Paris ou Voiron.

 

Je tenais à découvrir l’original du portrait en noir et blanc qui se trouvait dans la sacristie du Sacré-Cœur, ainsi que le tableau qui avait servi à éditer images et cartes-postales. Je rencontrais la Mère supérieure et les sœurs furent « ravies », qu’un essai de reprise de la béatification soit évoqué. Deux ans plus tard, à leur départ des Accates, elles me remirent quelques documents concernantla concernant, puis le cardinal Bernard Panafieu, me pria d’aller chercher un grand tableau, peint par Arnaud, daté de 1721, représentant des Visitandines en prières, remerciant le Seigneur pour la préservation de la peste, qui se trouvait dans l’un des couloirs du couvent. Une œuvre dont je découvrais le grand intérêt, et qui fut bellement restaurée par Mme Claire Brochu et dont le professeur Régis Bertrand fit l’historique. Il est désormais dans la basilique du Sacré-Cœur.

L’une des religieuses me remit un cadre de bois sur lequel trois « mallons », trois carrelages anciens, étaient posés. C’était des éléments du pavage du chœur du couvent des Grandes-Maries, le premier monastère de la Visitation où avait vécu Anne-Madeleine et qui se trouvait alors derrière la Vieille Charité.

 

Quels étaient les couvents de la Visitation dans la région ? Ce fut vers Tarascon que j’allais en premier, pour rencontrer l’une des religieuses, qui avait été tourière à Marseille. Lors de l’entrevue avec la Mère supérieure, parlant d’archives et d’ouvrages à rechercher, je lui demandais si elle avait la possibilité de me communiquer quelques documents sur notre « vénérable » ; elle me pria d’attendre, et revins avec un petit volume. Je l’ouvrais. C’était la vie du Père Jacques de 1760, que je cherchais vainement depuis quelques mois. « Je vous le confie, me dit-elle, vous me le rapporterez bientôt. »

 

C’était la première vie, écrite au XVIIIème siècle, sur des écrits aujourd’hui disparus ou brûlés pendant la période révolutionnaire. Les documents que les religieuses lui remirent en 1730, juste après le retour vers Dieu d’Anne-Madeleine Rémuzat, furent rapportés, plus de 30 ans plus tard, car le jansénisme était virulent à Marseille et en Provence, et déjà en son temps, le Père Jacques était inquiet. Parler des révélations et des états mystiques de Sœur Rémuzat ? Prudent, il conseillait de ne pas mettre dans toutes les mains, la vie d’une mystique, car elle serait vouée à la critique. Il était soucieux, car les jansénistes, dans « Les Nouvelles Ecclésiastiques », ne manqueraient pas d’en faire une critique acerbe.

 

C’est ce qu’ils firent. Un flot de haine et de fiel se déversa dans Marseille, pour stigmatiser et ridiculiser celle qui avait vécu cette expérience mystique et avait reçu les stigmates. N’était-elle pas hystérique ou sous l’emprise du démon ? Dans la ville, les réactions furent nombreuses : beaucoup avaient connu, approché, dialogué avec sœur Rémuzat, qu’ils appelaient déjà « la sainte ». Mgr de Belsunce, en répondant à la lettre de la « déposée » de Rouen, en fit un éloge remarquable, relayant la notice nécrologique assez développée, que la Mère Nogaret écrivit aux monastères de la Visitation.

 

J’eus la joie de travailler deux jours avec sœur Marie-Christophe, responsable des archives la Visitation de Voiron, qui mit à ma disposition, celles concernant Anne-Madeleine. Je rencontrais également deux religieuses qui avaient vécu à Marseille. Tout le couvent pria alors, pour que la cause en béatification reprenne.

 

Je découvris, en plus des archives anciennes très bien tenues, toute la correspondance des religieuses Visitandines marseillaises, évoquant sur une période récente, la reprise de la cause.

 

Ainsi pouvait-on suivre les méandres par lesquels était passée cette postulation ! Elle fut d’ailleurs suspendue dans les années 1920-1922, car le diocèse ne répondit pas à une question posée par la Congrégation pour les causes des saints. L’un d’eux demandait quelles étaient les relations entre sœur Rémuzat et la demoiselle Catherine Cadière de Toulon, lors du procès du Père Girard au Parlement d’Aix-en-Provence. Il ne reçut aucune réponse.

 

Un essai de reprise en 1981, sous l’impulsion du couvent de St Jérôme, avec l’accord de principe du cardinal Roger Etchagaray fut tenté. Les propositions furent nombreuses, avec une conférence donnée le 16 octobre 1981, au Premier Monastère de la Visitation de St Jérôme, par le Père Bertrand de Margerie, S.J.

 

Trois siècles après la naissance d’Anne-Madeleine Rémuzat, il dégageait les grandes lignes de sa vie toute donnée au Sacré-Cœur de Jésus, ses pénitences, ses visions et la signification du message de miséricorde du Christ. Le Père Bernard Montagnes, O.P. proposait aussi, dans une de ses correspondances, que, pour plus de précisions, l’on se tourna vers Rome afin de prendre contact avec la personne chargée des archives, déposées à Via Galla Placidia, dont je fis plus tard la visite et qui n’apportèrent que des doubles des archives que nous avions déjà à Marseille.

 

Une amie me remis le texte d’une conférence du docteur Florence Allard, donnée en 1994, qui conclait en proposant la reprise de la cause. Ayant eu connaissance de ces essais de reprise, l’équipe de bénévoles qui m’entourait, me suggéra d’en parler à notre archevêque.

 

Le dimanche 15 février 2009, jour anniversaire du retour vers Dieu d’Anne-Madeleine, alors que je prêchais sur sa vie et son message, à la fin de la messe de 8h, j’adressais un courriel à Mgr Georges Pontier, archevêque métropolitain de Marseille, dans lequel il était question de la reprise de la cause, mentionnant le travail effectué pendant plusieurs années, et proposant la nomination éventuelle d’un postulateur pour en conduire et coordonner le travail historique et spirituel.

 

Quelques semaines plus tard, alors que j’étais au monastère de la Servianne, pour participer à la profession d’une des religieuses, l’archevêque me fit signe, et me dit : « C’est oui !» A mon étonnement, et devant mon air interrogatif, il me dit de nouveau : « C’est oui, pour la cause d’Anne-Madeleine. Je vous nomme postulateur ! » Au sortir de la célébration, une paroissienne d’Auriol, qui avait eu ‘une révélation’, il y a quelques mois, et désirait que l’on reprenne la cause, sans bien en connaître la procédure, s’était mise à faire signer une pétition demandant la béatification d’Anne-Madeleine. L’archevêque me fit signe et me dit : « Je vous présente Mme Daziano, d’Auriol…Voyez ; ces feuilles de signatures circulent pour demander la reprise de la cause ! ».

 

Le Père Bernard Montagnes, qui avait travaillé quelques années sur la vie et le message de « notre vénérable », lorsqu’il était au couvent de Marseille, me recommanda de me rapprocher de la Congrégation pour les Causes des Saints, et me fit tenir le gros dossier contenant ses diverses notes. Tout ce que j’avais patiemment collationné personnellement s’y trouvait, confirmant que mes recherches étaient bien menées.

 

Puis, le Père Bernard Ardura, Président du Comité Pontifical des Sciences Historiques au Vatican, avec son amabilité coutumière, me permit de rencontrer le Père Daniel Ols, O.P. responsable des causes françaises au Vatican, avec qui je puis m’entretenir. Il fallait tout recommencer ! Ces diverses démarches et ces contacts, me permirent d’avoir une vision plus large du long travail à accomplir.

 

Le Jeudi Saint, 9 avril 2009, Mgr Georges Pontier me nommait officiellement postulateur de la cause. Nous créâmes « l’Association Anne-Madeleine Rémuzat », pour accompagner financièrement les dépenses. Il fut écrit à tous les monastères du monde. Les réponses, très nombreuses, furent enthousiastes.

 

La reprise de la cause était amorcée… D'autant que Mgr Pontier déposait une lettre officielle de demande, dont la réponse vient de nous parvenir nous demandant d'attente le Nihil Obstat, qui nous sera donné dans quelques mois après que les Diacastères Romains aient donné leur accord.

 

Propos recueillis par Constantin LIANOS

**********************************************

Le Livre attendu sur Anne-Madeleine REMUZAT est paru le 12 Juin 2015, jour de la Messe des Echevins

 

Il est en outre l'animateur spirituel depuis plus de 20 ans à tous les pèlerinages que j'ai organisé en Terre Sainte, Egypte, Sinaï, Jordanie, Palestine, Israël et la Grèce.

 

Vous pouvez vous procurer et vous faire dédicacer ce livre au Sacré-Coeur à Marseille (à la fin de messe).

Constantin LIANOS

Président-fondateur de Monsieur Légionnaire, 

Président de l'AACLE de Marseille-Provence

Programme et photos du projet en cours

Bateau KRASSINE ou similaire 

 

Partir sur les grands lacs et fleuves, c’est entrevoir une Russie différente, plus traditionnelle, plus conforme aux vieux livres d’images. Au fil de l’eau, à bord de bateaux confortables, vous verrez défiler petites maisons en bois et églises chapeautées de bulbes colorés. Naviguer sur la Volga entre Moscou et St Pétersbourg est un plaisir rare, un privilège.

Jour 1                                                        FRANCE / MOSCOU

Envol à destination de Moscou, la plus grande ville de Russie. A l'arrivée, accueil à l’aéroport et transfert à bord du bateau de croisière. Installation dans la cabine. Dîner et nuit à bord.

 

Jour 2                                                        MOSCOU

Petit déjeuner.

Tour de ville panoramique en autocar permettant de découvrir les principaux sites de Moscou : la Place Rouge, la cathédrale Saint Basile le Bienheureux, le GOUM, l’Université, la place du Manège, la rue Tverskaia, le Kremlin, le Mausolée de Lénine, la cathédrale de Kazan, le théâtre Bolchoï…

Déjeuner en ville.

L’après-midi, découverte de quelques-unes des plus belles stations du métro moscovite, véritable musée souterrain.

Promenade sur l’Arbat. Au cœur du vieux quartier moscovite, la rue piétonne Arbat est une artère très animée, bordée de magasins, cafés et restaurants, lieu de rencontre des artistes. Temps libre pour les découvertes personnelles et les achats puis retour sur le bateau.

Diner et nuit à bord. 

Jour 3                                                        MOSCOU

Petit déjeuner.

Visite du Kremlin, siège du gouvernement russe et lieu historique, architectural et artistique unique. Connu pour l’ensemble de ses cathédrales, la cloche Tsarine, le Tsar des canons, le mot « Kreml », devenu Kremlin, veut dire forteresse. Ses remparts dessinent un triangle d’environ deux kilomètres de périmètre. A l’intérieur, on découvre un ensemble de palais, églises et bâtiments administratifs dont l’ensemble est d’une somptueuse beauté. Visite intérieure de l’une des cathédrales. 

Transfert sur le bateau. Déjeuner à bord. Dans l’après-midi, début de la navigation.

Cocktail de bienvenue du capitaine. Dîner et nuit à bord.

 

Jour 4                                                        OUGLITCH

Petit déjeuner, déjeuner à bord.

Après avoir quitté Moscou, un impressionnant système d'écluses, construit sous Staline permet de rejoindre la Volga. Arrivée à Ouglitch et visite à pied du territoire du Kremlin et de la cathédrale de Transfiguration du Sauveur. Puis visite de l'église Saint Dimitri sur le sang versé construite à l’endroit où selon la légende a été tué le tsarevitch Dimitri.

Retour au bateau et navigation. Dîner et nuit à bord.    

                                                                                 

Jour 5                                                        YAROSLAVL

Petit déjeuner, déjeuner à bord.

Arrivée à Yaroslavl. En 1010, le prince de Rostov, Yaroslav le Sage, fonda une ville qu'il baptisa de son nom. C’est la plus ancienne des villes de la région de la Volga. Visite panoramique de Yaroslavl : vous visiterez notamment le monastère du Sauveur et l’église du prophète Elie.

Dîner et nuit à bord.

 

Jour 6                                                        GORITSY

Petit déjeuner, déjeuner à bord.

Escale à Goritsy et visite du territoire du monastère Saint Cyril du lac Blanc, l’un des plus anciens monastères russes datant de 1397. C’est l’un des plus grands monastères de la Russie du nord (10 ha) situé sur les rives du lac Siverskoié. Important centre spirituel, il servit aussi de terre d’exil à partir du XVe siècle. Entrée à la salle des Trésors.

Dîner et nuit à bord.                                                         

 

 

Jour 7                                                           KIJI

Petit déjeuner, déjeuner à bord.

Arrivée à Kiji, la perle de la Carélie, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Promenade sur l’'île, véritable musée de l'architecture en bois à ciel ouvert. On peut y admirer de superbes constructions en bois du 18ème siècle – églises, clochers, greniers, maisons de paysans, moulins à vent et en particulier l’impressionnante église de la Transfiguration avec ses 22 coupoles qui fut bâtie au XVIIIe siècle sans le moindre clou.

Dîner et nuit à bord.

 

 

Jour 8                                                   MANDROGA

Petit déjeuner. Escale verte à Mandroga, petit village reconstitué en bois mettant en valeur les traditions russes. En lisière de forêt et au bord de l'eau, on peut découvrir différents types d'architectures traditionnnelles en bois. Des artisans y montrent leur talent grâce aux métiers d'autrefois. On y trouve également un musée de la vodka.

Déjeuner barbecue à terre.

Dîner d’adieux et nuit à bord.

Jour 9                                            ST PETERSBOURG

Petit déjeuner. Arrivée à St Pétersbourg et tour panoramique de la ville : la pointe de l'île Vassilievski, la place St Isaac et la place des Décembristes avec la célèbre statue équestre de Pierre le Grand, la place du Palais avec le musée de l'Ermitage, la perspective Nevski, la cathédrale Notre Dame de Kazan, les quais de la Néva, le canal Griboiedov, la cathédrale St Sauveur sur le sang versé, la Place des Arts, le monument à Catherine II…

Visite de la forteresse Pierre et Paul construite en 1703, année de la fondation de la ville. Visite intérieure de la cathédrale St-Pierre et St-Paul avec sa très belle iconostase et les tombes des Romanov.

Déjeuner en ville.

Départ pour Pouchkine, l'ancienne résidence d’été des tsars (25 km de St Pétersbourg). La ville anciennement prénommée Tsarskoe Selo (village du tsar) a pris le nom de Pouchkine, le grand poète russe, qui passa son adolescence au lycée réservé aux jeunes nobles. Visite intérieure du Palais Catherine, et de ses magnifiques jardins. Ce palais blanc, bleu et or, fut construit par Rastrelli au XVIIIe siècle pour Catherine Ière, deuxième femme de Pierre 1er. Tout y est magnificence et faste : sa façade de 300 m, ses murs et ses colonnes, sa  grande salle de bal, son cabinet d’Ambre.

Retour sur le bateau. Dîner et nuit à bord.

 

Jour 10                                         ST PETERSBOURG    

Petit déjeuner.

Visite du musée de l'Ermitage. Le plus grand musée de Russie occupe, depuis 1946, cinq bâtiments réunis entre eux : Palais d'Hiver, Petit Ermitage, Vieil Ermitage, Nouvel Ermitage, Théâtre de l'Ermitage. La date d'acquisition de la première grande collection de tableaux à l'étranger, 1764, correspond à la naissance du musée. Les expositions de l'Ermitage occupent plus de 300 salles. Le musée possède 2 700 000 objets d'art, dont 14 000 peintures, 12 000 statues, 600 000 gravures et dessins. Les collections, exposées chronologiquement et par écoles, permettent de se faire une idée du développement de la culture et de l'art de nombreux pays et de différents peuples au cours des millénaires.

Déjeuner à bord.

L’après-midi, temps libre pour les découvertes personnelles.

Dîner et nuit à bord. 

Jour 11                                         ST PETERSBOURG

Petit déjeuner.

Excursion à Pétrodvorets pour visiter l’ancienne résidence d’été de Pierre le Grand, construite face au golfe de Finlande et surnommée le « Versailles russe ». Découverte extérieure du grand palais. Visite des splendides jardins parsemés de cascades, jets d’eau, sculptures.

Retour au bateau. Déjeuner à bord.

L’après-midi, temps libre pour les découvertes personnelles.

Dîner et nuit à bord.

 

Jour 12                                         ST PETERBOURG /FRANCE

Petit déjeuner. Débarquement. Transfert à l'aéroport et assistance aux formalités d'embarquement.

Envol pour la France.

 

L'ordre des visites peut être modifié.

Pour des raisons de navigation, une escale peut être remplacée par une autre.

 Prix GROS nets C et conditions 2018

Forfait par personne 12 jours/11 nuits

 (Valable pour groupes de 30 pax minimum)

Prix net par personne, en cabine double (2 lits bas), sur le pont principal ou supérieur (attribution des cabines le jour de l’arrivée)

 Base de participants 

 

Chambre double 

25 participants 

2 050 €

  

Résultat de recherche d'images pour "krasin cruise russia"

 

 

Notre prix comprend :

Ø  Le transport aérien MARSEILLE /Moscou-St Pétersbourg/MARSEILLE sur vols réguliers avec escale Lufthansa ou toute autre compagnie aérienne selon disponibilités.

Ø  Les taxes d’aéroport et de sécurité AVEC LUFTHANSA (au 06/07/2017) : +107 € (variables).

Ø  La croisière 12 jours/11 nuits mentionnée au programme de Moscou à St Pétersbourg ou vice-versa.

Ø  Les transferts aéroport/bateau/aéroport 

Ø  Le port des bagages (quai/cabine/quai)

Ø  L’hébergement en cabine twin sur le pont principal ou supérieur (selon les disponibilités)

Ø  La pension complète selon le programme (eau minérale, thé et café inclus à chaque repas)

Ø  Un cocktail de bienvenue avec un verre de champagne russe et la présentation de l’équipage

Ø  Le dîner d’adieux du capitaine avec un verre de champagne russe ou de vodka.

Ø  Un déjeuner pique-nique (barbecue) à terre à Mandroga (au lieu du déjeuner à bord)

Ø  Les visites et excursions en bus climatisé avec guides locaux francophones selon le programme.

Ø  Le programme d’animation à bord (jeux, concours, films, etc.)

Ø  Les cours de langue russe et de chansons russes, 1 conférence sur l`histoire de la Russie

Ø  L’animation musicale au bar tous les soirs (y compris un spectacle folklorique à bord)

Ø  Les taxes portuaires

Ø  L’assistance d’un accompagnateur francophone à bord.

Ø   La garantie financière APST

Ø  La responsabilité civile

Ø  La réunion d'information avant le départ 

Ø  Le visa Russe établit par nos soins 97€ / personne

Ø  L'assurance assistance annulation bagages rapatrie

Nos prix ne comprennent pas :

Ø  Le supplément en cabine single (sous réserve de disponibilité - contingent très limité) : +300 €

Ø  Les pourboires obligatoires (+5 € par personne et par jour à régler sur place en fin de croisière).

Ø  Les dépenses d'ordre personnel 

 

Modalités d’obtention des visas par nos soins :

Les passeports (valides et signés) doivent être déposés au plus tard 45 jours avant le départ accompagnés de : le formulaire dûment rempli en ligne, 1 photo d’identité récente (moins de 6 mois), certificat original d’assurance médicale sur papier-en-tête de la compagnie d’assurance. Si l’un des éléments manque, nous ne pouvons pas déposer la demande de visa. Pour toute demande reçue sans le certificat d’assurance, AmSlav souscrira l’assurance auprès de sa compagnie et le montant en sera facturé aux clients !

 

Bateau KRASSINE ou similaire (projet 302)

Pavillon russe, construit en 1989 en Allemagne et rénové en 2008.

Bateau climatisé, catégorie standard 2* (3* normes locales).

Longueur : 125m

Vitesse : 25 km/h environ

5 ponts, 146 cabines, pas d'ascenseur à bord.

Capacité : 250 passagers.

2 restaurants, 2 bars, salle de conférences, boutique de souvenirs, poste médical, blanchisserie, pont soleil avec transats.

Cabines : Les cabines sont climatisées et donnent toutes sur l'extérieur grâce à une large fenêtre. Elles sont équipées d'un lavabo, douche amovible et WC, d'une tablette, d'un réfrigérateur, d’un placard, d’une prise 220V et d’une radio de bord.  

Activités à bord :

Musiciens pour des concerts et soirées dansantes, une conférence sur l’histoire russe, cours de langue et

chansons russes, bibliothèque, projection des films vidéo, jeux et tournois organisés.

 

                 
    

  

 

Un voyage-pèlerinage en Terre Sainte du 9 au 17 Avril 2018 sera organisé par le Lieutenant-colonel Constantin LIANOS, Président-fondateur de Monsieur Légionnaire et président de l'AACLE de Marseille-Provence.

 

L'animation spirituelle est confiée (comme d'habitude depuis 20 ans) à Mgr le Chanoine Jean-Pierre ELLUL, Recteur de la Basilique du Sacré-Coeur et aumônier catholique de l'Amicale des Anciens Combattants de la Légion Étrangère de Marseille-Provence. Mgr le Chanoine Jean-Pierre ELLUL est postulateur pour la cause de Anne-Madeleine REMUZAT .

 Nous ne changeons pas une équipe qui gagne !

 

Le guide biblique  et me chauffeur seront désignés ultérieurement.

 

Cliquez sur la croix pour connaître la signification  

 

 

PROGRAMME PROPOSE :

 

J 1 Lundi 9 Avril : Le matin, formalités d’embarquement avec assistance Routes Bibliques et départ en avion de MARSEILLE-Provence à destination de TEL AVIV par vol régulier de la compagnie EL AL (09h35-14h30). 

Arrivée à l’aéroport Ben Gurion de LOD-TEL AVIV, accueil et départ en autocar privatisé vers le désert du Néguev, Jusqu’à ARAD.

 

 

Installation à l’hébergement, dîner et nuit à ARAD.

 

J2 Mardi 10 Avril : Le matin, départ pour l’étonnante forteresse de MASSADA, haut lieu de la résistance juive contre les Romains en 73 de notre ère. Montée à pied par la rampe des Romains, découverte du panorama et visite des palais construits  par le roi Hérode le Grand.

 

Messe dans les vestiges de la chapelle byzantine. 

 

 

Descente en téléphérique.  

 

Puis passage à proximité de QUMRAN, centre cultuel des Esséniens où furent retrouvés les célèbres manuscrits de la Mer Morte (sans visite). 

 

Continuation vers KALIA BEACH pour un arrêt baignade dans la Mer Morte.

 

Déjeuner à KALIA BEACH, au bord de la Mer Morte.

 

L’après-midi, visite du parc archéologique de QUMRAN et vue sur les grottes où furent retrouvés les célèbres manuscrits dits de la Mer Morte en 1947. Après un bref arrêt à QASR EL AYUD au bord du Jourdain,  lieu de mémoire du baptême du Christ, route vers NAZARETH par la Vallée du Jourdain.

 

Installation à l’hébergement, dîner et nuit à NAZARETH. 

 

J3 Mercredi 11 Avril : Le matin, découverte de NAZARETH, ville de l’enfance de Jésus : la fontaine de la Vierge et l’église orthodoxe Saint Gabriel, la chapelle où l’on rappelle l’enseignement de Jésus dans la synagogue, les souks, la basilique de l’Annonciation et la grotte vénérée.

 

Célébration de la messe à proximité.

 

Déjeuner dans le centre de NAZARETH.

 

L’après-midi, continuation des visites par les fouilles de la « maison et du tombeau du Juste » chez les Soeurs et rencontres avec des personnalités locales (Vicaire épiscopal du Patriarcat Latin, un Petit Frère de Jésus/Frère de Charles de Foucauld à l’ancien Couvent des Clarisses). Puis temps libre dans NAZARETH.

 

Dîner et nuit à l’hébergement à NAZARETH.

 

J4 Jeudi 12 Avril :  Journée entièrement consacrée aux sites évangélique du pourtour du Lac de Tibériade.

Le matin, route vers le LAC DE TIBÉRIADE appelé « Mer de Génésareth » dans le Nouveau Testament. À TABGHA, célébration de la messe au bord de l’eau dans le petit sanctuaire franciscain de la Primauté de Pierre puis visite de l’église de la Multiplication des pains et de ses remarquables mosaïques paléochrétiennes. En fin de matinée, traversée du lac en bateau de GUINOSSAR  à EIN GEV permettant de situer les lieux essentiels liés au ministère de la vie publique de Jésus.

Déjeuner à EIN GEV.

 

L’après-midi, retour en autocar par la rive nord vers CAPHARNAÜM, la « ville de Jésus ». Visite des vestiges de la maison-église « Domus-ecclesia » de Saint Pierre et de la synagogue édifiée sur celle du temps du Christ. Puis, après une halte spirituelle au Mont des Béatitudes, route vers la Judée et le village de TAYBEH.

 

Installation à l’hébergement, dîner et nuit à TAYBEH.

 

J5 Vendredi 13 Avril : Le matin : arrêt au Champs des bergers de BEIT SAHOUR, puis, dans le centre de BETHLÉEM, visite de la basilique recouvrant la « Grotte de la Nativité» et célébration de la messe à proximité (Chapelle Ste Hélène). En fin de matinée, Rencontre envisagée (à prévoir). 

 

 

Déjeuner dans le centre de BETHLÉEM, Place de la mangeoire.

 

L'après-midi, halte à EIN KAREM où la Tradition situe l’enfance de Jean le Baptiste : montée à l’église de la Visitation et chant du « Magnificat ». Puis reprise de la route vers JÉRUSALEM. Rencontres à préciser, à EIN KAREM (Maison des pers. handicapées) et à JÉRUSALEM (dont N-D des Douleurs). Premier passage dans la basilique du Saint Sépulcre.

Installation à l’hébergement, dîner et nuit à JÉRUSALEM.

 

 

En soirée, promenade possible jusqu’au Mur (prière de Shabbat).

 

 

 

J 6 Samedi 14 Avril : Le matin, itinéraire de découverte dans la vieille ville et visites sur le MONT SION de la chapelle gothique du Cénacle, lieu de mémoire de la Cène et de la Pentecôte ; célébration de la messe (« Jeudi Saint »).

 

Déjeuner.

L'après-midi, départ pour le MONT DES OLIVIERS et visite des principaux sanctuaires : dans le cloître du Carmel, la grotte du « Pater Noster » et, un peu plus bas, la chapelle des Srs Bénédictines (écriture des icônes) et de la petite chapelle du « Dominus Flevit » avec panorama exceptionnel sur la ville sainte.

 

Continuation de la descente à pied vers Gethsémani et la Basilique des Nations, dans le Jardin des Oliviers. Reprise de la route de contournement des remparts pour se rendre au sanctuaire assomptionniste de Saint-Pierre-en-Gallicante : on y rappelle le reniement-repentir de Pierre lors de la Passion (car fermé le dim.). 

 

Dîner et nuit à JÉRUSALEM.

 

J7 Dimanche 15 Avril : Le matin : après la célébration de la messe très tôt au tombeau du Christ dans la Basilique du St Sépulcre (sous réserve),

 

 

petit-déjeuner suivi de la montée sur l’esplanade du Temple ; vue sur les deux grands édifices musulmans :

 

le Dôme de la Roche et la mosquée El Aqsa.

 

Puis visite de l’église romane Sainte Anne, édifiée à proximité des bassins de Bethesda, lieu mentionné lors de la guérison du paralytique par Jésus.

 

Retour vers le « KOTEL » ou Mur occidental.

 

Déjeuner.

 

L'après-midi, marche sur le tracé traditionnel du Chemin de Croix dans les rues de la Ville Sainte, en empruntant le parcours de la « Via Dolorosa », depuis l’église franciscaine de la Flagellation (avec Musée Terra Santa) jusqu’au Saint Sépulcre. (« Vendredi Saint »). En fin de journée, temps libre. Rencontre en soirée, avant ou après le dîner (un rabbin, ou un Prélat ?). 

 

Dîner et nuit à JÉRUSALEM.

 

J8 Lundi 16 Avril : Le matin tôt : après la célébration de la messe, temps de rencontre à la Custodie de Terre Sainte (St Sauveur) et remise de la médaille de pèlerins. Temps libre pour tout le reste de la journée.

 

Déjeuner. (La question sera posée au lancement du pèlerinage si nous prendrions le déjeuner à l'hôtel ou au centre de la vieille ville ou complètement libre).

 

L’après-midi, temps libre pour chacun.                             

 

Dîner et nuit à JÉRUSALEM.

J9 Mardi 17 Avril : Le matin tôt, transfert à l’aéroport de TEL AVIV. Formalités d’embarquement et retour vers PARIS par vol régulier de la compagnie EL AL (05h00-08h30). 

********************

Pour pouvoir s'inscrire à ce pèlerinage il faut être membre de l'Amicale des Anciens Combattants de la Légion Étrangère de Marseille-Provence, ou d'une AALE à jour de ses cotisations. (l'adhésion est de 25 € par personne, gratuite pour les prêtres)

Vous souhaitez participer à ce voyage-pèlerinage? Faites un courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ce voyage peut être organisé pour le prix forfaitaire individuel de : 

1 510 € pour 40 participants payants et plus 

 

1 560 € de 30 à 39 participants payants 

 

CE PRIX COMPREND :

 

le transport aérien MARSEILLE - TEL AVIV - MARSEILLE sur vols réguliers El Al, en classe économique. (sous réserve de disponibilités au moment de la réservation et des tarifs aériens estimés sur la base des prix 2017). 

 

 les taxes d’aéroport, les taxes de sécurité : 65 € à ce jour. 

 l’assistance aéroport : à Marseille au départ ; à Tel Aviv à l’arrivée et au départ. 

 le transport en autocar privatisé pour le circuit selon le programme. 

 l’hébergement en hôtels 3*** (normes israéliennes) ou maisons religieuses de qualité équivalente, en chambres doubles, du premier au dernier jour. 

 tous les repas du dîner du 09/04 au à la nuit du 16 au 17/04/2018. 

 les entrées dans les sites et monuments mentionnés au programme. 

 les services d’un guide local francophone. 

 l’assistance de notre bureau à Jérusalem. 

 

 les assurances : frais médicaux, rapatriement, bagages, responsabilité civile et annulation (pour les résidents de l’Union Européenne). 

 

 les pourboires dans les hôtels et restaurants. 

 la remise d’une documentation de voyage : Atlas biblique "Le Monde de la Bible", livret liturgique "Un grand peuple en prière", sac de voyage et étiquettes bagages. 

 la (les) gratuité(s) en chambre individuelle. 

 

CE PRIX NE COMPREND PAS  : 

 

 le supplément chambre individuelle : 342 € (accordée dans la limite de 10% de l’effectif du groupe). 

 les boissons, les cafés et les extra personnels. 

 

 la fourniture du livre-guide "Routes Bibliques" par Louis Hurault : 18 €. 

 la fourniture d’audiophones pour la durée du voyage : 18 € par personne. 

 

 l’enveloppe à remettre pour chaque rencontre : 80 €. 

 

 le pourboire à remettre au guide et au chauffeur (de 2 à 3 € pour le guide et de 1 à 2 € pour le chauffeur, par jour et par personne). 

 

 la gestion des inscriptions et règlements individuels, si elle est confiée à l’agence : 15 € par personne (règlements seuls : 10 €). 

 

CE PRIX A ETE CALCULE :

 

sur la base des tarifs connus à ce jour et d’un cours du dollar à 0,85 €. La part du prix soumise à la fluctuation du dollar est de 57 % pour 30 participants ou de 55 % pour 40 participants. Le prix est susceptible de subir des modifications en fonction de la variation du cours de la devise, des taxes aériennes, des tarifs connus à ce jour et de l’effectif du groupe. 

 ***

Date limite de validité de cette offre : jeudi 21 septembre 2017  (Je vais demander un relais d'une semaine supplémentaire sans garantie)

Ce programme est susceptible de modifications en fonction des confirmations de réservations des messes et de la disponibilité des intervenants pour les rencontres envisagées.

Constantin LIANOS