Depuis 1954, la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation se tient le dernier dimanche d’avril. À Paris, la commémoration se tient au Mémorial de la Shoah, au Mémorial des martyrs de la déportation puis à l’Arc de Triomphe. Comme chaque année, des cérémonies officielles sont organisées partout en France.

A Marseille nous nous sommes retrouvés Place Daviel dans 2ème arrondissements pour rendre hommage à nos disparus.

Une cérémonie émouvante présidée par Monsieur le Préfet de région, préfet des bouches du Rhône. 

Mme Marie-Emmanuelle ASSIDON, préfète pour l'égalité des chances de BDR, Monsieur Pierre DARTOUT, préfet de la région PACA, préfet des DBR, entourés de Président des Porte-drapeaux, Dr JB RENUCCI, Délégué PACA du SN , Lcl Constantin LIANOS, président de l'AACLE de Marseille-Provence, Monsieur Alain RAPHAËL, président UNC Marseille-Centre et Monsieur Roland LANDRE, Vice-Président AACLEMP.

© Photo Constantin LIANOS doits www.monsieur-legionnaire.org 

Cliquez sur la photo pour l'agrandir. 

Message lu par le président départemental des déportés.

MESSAGE POUR LA JOURNÉE NATIONALE DU SOUVENIR DES VICTIMES ET HEROS DE LA DEPORTATION

DIMANCHE 29 AVRIL 2018

La journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation permet chaque année de remettre en mémoire ce que fut la déportation avec son cortège infernal de trains partis de France entre 1940 et 1944.

Ces trains ont conduit vers les camps de concentration ou d’extermination de l’Allemagne nazie des populations de tous âges et de toutes conditions, victimes de la répression et des persécutions pratiquées par l’occupant nazi avec le concours du régime de collaboration en France.

La journée nationale a aussi pour but de rendre hommage aux victimes et de rappeler l’engagement de celles et ceux qui ont choisi de poursuivre dans la résistance la lutte contre l’ennemi et son idéologie.
Nous pensons avec beaucoup d’émotion à ces disparus, femmes et hommes qui ne sont
pas revenus de la tragédie qui a frappé tant de combattants et auxquels nous devons une part de notre liberté.

Leur combat pour le respect de la dignité humaine est particulièrement chargé de sens en cette année du 70ème anniversaire de l’adoption de la déclaration universelle des Droits de l’Homme.

Le travail de mémoire n’est jamais achevé. L’acharnement des déportés à transmettre a valeur d’exemple et s’explique par la force d’un engagement qui ne tolère ni l’érosion de l’âge ni les difficultés de la vie.
Ce sacrifice, ils veulent le donner en partage aux générations suivantes afin de les inciter à rejeter toute manifestation de haine, inspirée de considérations ethniques, religieuses, culturelles ou nationalistes.

Le message d’aujourd’hui se veut un appel à œuvrer pour un monde de paix dont l’Europe doit demeurer le symbole.

Ce message a été rédigé conjointement par :

La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD)
L’Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de disparus – Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance (UNADIF FNDIR)

La Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP)

Avec le concours des Associations de mémoire des camps et de la déportation