Le Capitaine  Guy d'Arlhac, ancien officier de la légion étrangère n'est plus !

 

 

Un morceau d'histoire s'éteint avec lui aujourd'hui. Il était atteint d'une tumeur cérébrale depuis plus d'un an et demi ce fût son dernier combat qu'il menât jusqu’au bout en repoussant chaque jours les pronostics médicaux. Si cela ne change pas notre tristesse, son départ apaise ses douleurs... 

 

Il ira désormais rejoindre d'autres "champs de batailles" avec les "vieux de la Vieille". Depuis le 01 novembre 1965 où il fût affecté au fameux "SERVICE B" bureau spécial du contre espionnage opérationnel du SDECE. Proche du général Massu alors commandant des forces françaises en Allemagne et de Jacques Foccart secrétaire général de l'Élysée aux affaires africaines et malgaches qui lui confièrent personnellement des missions alors qu'il n'était que jeune Lieutenant à la 13ème demi-Brigade de la légion étrangère. 

 

Il refusa la légion d'honneur et demanda en échange de pouvoir serrer la main du Général de Gaulle à Djibouti en août 1966, il dira sur cette anecdote "On s'en foutait des médailles à l'époque, ce qu'on voulait c'était serrer la main au général. On était jeune, on était sûrement cons."

 

De 1965 jusqu'en 1982 il fût de toutes les batailles discrètes, de tous les combats de l'ombre. 

 

Comment en aurait-il pu être autrement avec des exemples familiaux tel qu'un père ayant servi avec le Général Leclerc lors de la campagne d'Allemagne puis le Général de Lattre de Tassigny en Indochine, issu lui même d'un médecin principal des armées décoré de la légion d'honneur en 1914-1918.

 

Il n'était pas sage mais d'une grande sagesse, d'un courage exemplaire et d'un caractère haut en couleur avec ses travers, avec ses peurs, ses doutes, et ses faiblesses, mais toujours un grand cœur. Avec sa vie il aurait pu être l’un des personnage de roman de Pierre Schoendoerffer ; Il le fût finalement lorsque Patrice Chairoff le cita dans le livre sur les services secret en 1975.

 

 

Enfin, on se souviendra de ses heures à refaire le monde autour d'une bouteille de vieux cognac et de la devise des anciens "Qui ose gagne". Semper Fi.

 

Le Capitaine Guy Constant Robert D'ARLHAC était né le 5 Juin 1946 à Angers (Maine et Loire)

 

Il était appelé à l'activité - service comptant le 1er Novembre 1965 et rayé des contrôles le 1er Mars 1967.

 

En effet, à partir de cette date Guy D'ARLHAC a disparu de nos radars par une affectation au Bureau Spécial des Recherches Opérationnelles Service B, le service du Contre-Espionnage opérationnel et de l'antisubversion des Services Secrets (BSRO).

 

Au revoir mon Capitaine 

 

 ***

Les obsèques ont eu lieu le 31 Mai 2018 à 11 H 00 au Crématorium et Parc Mémorial de Provence Aix-Les-Milles - 2370, rue Claude- Nicolas Ledoux - 13290 Aix-Les-Milles

 

A la demande de la famille avant de rendre les honneurs j'ai lu ce texte, suivie de la sonnerie au Morts et la minute du silence.

 

L'AACLEMP était représentée par le Lieuetenant-colonel Constantin LIANOS président, le Caporal-chef Michel FEUILLERET porte-drapeau et le Légionnaire Istvan SZEKFU clairon de l'AACLE de Marseille-Provence.

Un grand merci à Renaud N. d'avoir fait la liaison entre la famille et le président de l'AACLE de Marseille-Provence et d'avoir transporter le clairon de Marseille à Aix les Milles. 

Lieutenant-colonel Constantin LIANOS

Président de l'AACLE de Marseille Provence

 Texte et photo Constantin LIANOS © Monsieur-Légionnaire