Le Sergent-chef Pascal MAUGER n'est plus

Cimetière de Petit-Quevilly

Mercredi 25 mai 2016 Eloge funèbre du SCH Pascal MAUGER (1er RE, 2ème REI, 3ème REI, 4ème RE, 2ème REP, 13ème DBLE, 5ème RMP, 6ème REG

MAUGER, Pascal, Sergent-Chef, mon ancien

Comme l’a si bien dit le Capitaine Vicomte de Borelli dans son poème « A mes hommes qui sont morts », si tu sens à ton épaule quelques tapes amicales, dis-toi que ce sont tes capitaines qui pensent à toi, se souviennent de toi et qui comptent leurs morts. Ce sont aussi tous les anciens légionnaires qui se souviennent de toi.

C’est aux noms des généraux Puga, Dary, Beth, des colonels Bon, Bourgain, Coëvoët, Gras, Maurin, Théry, Giraud et tant d’autres que je suis là aujourd’hui pour ce dernier rendez-vous.

Le 11 août 1976 tu es engagé volontaire à titre étranger pour 5 ans et tu resteras en activité pendant 18 ans.

Tu arrivais de Mont Saint Aignan, ville qui t’as vu naître le 3 août 1958. Quand tu nous as rejoints, tu avais alors 18 ans.

 Pour ta formation initiale, tu vas successivement au 1er RE à Aubagne puis au 2ème RE/GILE à Orange puis à Corte, puis enfin à Castelnaudary en décembre de la même année. Après avoir brillamment réussi to certificat technique, tu es affecté au 2ème REP/3ème Cie début janvier 77. Tu passes ton brevet parachutiste en janvier et dès le mois suivant, avec ta compagnie tu rejoins le Territoire Français des Afars et des Issas à Djibouti jusqu’à l’indépendance en juin 77. Tu es élevé à la distinction de Légionnaire de 1ère classe en octobre 77 puis après l’obtention de ton certificat technique élémentaire en novembre avec ton brevet de nageur de reconnaissance, puis l’obtention de ton certificat militaire élémentaire,  tu es nommé caporal en avril 78, l’année de tes 20 ans.

Au mois de mai et juin  78, avec le Colonel Erulin, tu prends part à l’opération BONITE à KOLWESI au Zaïre avec ton régiment, vous sauvez d’une mort certaine plus de 2500 civils menacés par les rebelles du Katanga que vous mettez en fuite. De janvier à mai 79, puis de juin 80 à janvier 81, tu reviens à Djibouti. D'octobre 81 à février 82 on te voit en République Centre-africaine à Bangui puis à Beyrouth en août septembre. L’année suivante tu réussis ton certificat militaire 1er degré et tu es promu au grade de Sergent en octobre 83. De janvier à mai 84 tu es au Tchad à N’Djamena et à ton retour, tu es affecté au 6ème REG au camp de l’Ardoise où tu réussis ton certificat technique 1er degré de Génie de combat  en mai 85 ce qui entraîne tu mutation au 5ème RMP au centre d’essais du Pacifique jusqu’en septembre 87. Promu Sergent-Chef le 1er octobre 87, tu es affecté au 6ème REG et en 89 tu fais un séjour de 4 mois à Mayotte au milieu de l’océan Indien.

En 91, avec le colonel Manet, de janvier à juin, avec le 6me REG, tu participes à la 1ère guerre du Golfe au sein de la division Daguet, guerre dont l’objectif était de libérer le Koweit après son invasion par l’Irak de Saddam Husseïn. En janvier 92, tu es affecté au 3ème REI à Kourou en Guyane. Tu reviens en métropole en mai 94 et après avoir épuisé tes droits à permission, et avoir demandé à faire valoir tes droits à la retraite, tu es rayé des contrôles le 11 novembre 1994 pour rejoindre la rue Pibot à Malaunay, tu avais 36 ans. Ta maman Christiane, ta sœur Karine, ton épouse et tes trois enfants peuvent être fiers de toi. 

Très souvent cité en exemple, tu reçois la croix de la valeur militaire avec étoile de bronze, le 15 avril 1980, pour tes actions à Kolwesi. Le 23 avril 1991, tu reçois la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieures avec étoile de bronze pour tes actions lors de la guerre du Golfe. Tes citations te valent de te voir remettre la médaille militaire le 28 avril 93. Ta médaille d’Outre-Mer est ornée des agrafes Zaïre, Liban, Tchad et Moyen-Orient. Deux pays étrangers t’ont remis une décoration : la croix de la bravoure militaire avec palme du Zaïre en 78 puis la médaille de la libération de l’arabie saoudite en 92.

MAUGER, Pascal, Sergent-Chef, légionnaire puis sous-officier, tu as remarquablement servi la Légion Etrangère. Tout tes capitaines ont été fiers de te compter dans leurs rangs, alors, si tu sens une tape amicale sur ton épaule, saches bien que tes capitaines pensent à toi et, par ma bouche, veulent te remercier pour l’excellence dont tu as fait preuve, pour l’honneur et la fidélité légionnaire dont tu as su faire preuve. En leurs noms, et en celui de ta deuxième famille, la Légion Etrangère, il m’appartient maintenant de t’adresser notre dernier adieu.  

Sergent-Chef MAUGER Pascal, fidèle à notre devise, vous avez servi avec HONNEUR et FIDELITE

MERCI et ADIEU

***

Mon Colonel,
N'ayant pas l'adresse e-mail de JY Pellabeuf, je me permets de passer par le réseau monsieur-légionnaire pour lui transmettre des informations qu'il semble rechercher.
Merci, mon ancien, de bien vouloir lui transmettre l'info.
 
Un petit mot destiné à JY Pellabeuf
 
Le sergent-chef Mauger a été enterré le 25mai2016 à Petit-Quevilly (76).
La cellule contact du REP, et le cabinet du COMLE avaient demandé une représentation de l'amicale la plus proche.
C'est  en cette qualité que j'ai représenté tous ceux qui l'ont cotoyé.
A l'aide de l'état signalétique des services de Mauger, état joint au mail d'alerte, j'ai pu rédiger l'éloge funèbre ci-joint.
Lors de son inhumation, étaient présents 2 anciens de la même compagnie ayant participé à l'opération BONITE avec Mauger: Eric Lambert et le caporal qui était de semaine à la 3 lors de la mise en alerte du REP.
Par ailleurs, étaient aussi présents deux anciens du REP (mais bien plus jeunes) et travaillant dans la même société que Mauger.
Plus de 150 personnes accompagnaient la famille.
Le 26, par e-mail, j'ai rendu compte au CAB COMLE et au REP de l'accompagnement légionnaire fourni.
 
Il n'est pas parti seul
Amicalement
 
F.Panel