Imprimer

 Messe annuelle du Souvenir au Sacré Cœur 

Mgr. Jean-Marc Aveline : un hymne vibrant à la Légion Etrangère

Le Sacré Cœur entièrement décoré d’un immense drapeau bleu-blanc-rouge flanqué des drapeaux rouge et vert de la Légion Etrangère : tel est le spectacle impressionnant qui s’offrait ce dimanche aux nombreux fidèles venus assister à la messe du souvenir célébrée par Mgr  Jean-Marc Aveline, évêque auxiliaire de Marseille, à la mémoire de tous les soldats morts pour la France. 

Autour du lieutenant-colonel (h) Constantin Lianos, président de l’association nationale des anciens combattants de la Légion Etrangère et cheville ouvrière de cette manifestation solennelle à la gloire des soldats français, de nombreux anciens combattants étaient présents, en particulier le colonel (h) Michel Richaud, vice-président national de l’union nationale des anciens combattants president de l'UNC  avec 28 sections des Bouches du Rhône, M. Alain Raphaël, vice-président départemental et président de l'UNC Marseille-Centre et le Commandant Jacques LE BIGOT vice-président,  le général Pichot de Champfleury, ancien commandant de la Légion Etrangère, qui ont déposé une gerbe superbe au pied de l’autel aux côtés de Mgr Jean-Marc Aveline évêque auxiliaire de Marseille et de Mgr le chanoine Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique du Sacré cœur et aumônier de l’ANACLE. Les élus marseillais, eux, ont surtout brillé par leur absence si l’on excepte la présence du toujours fidèle Gérard Vitalis, 5eme adjoint au maire du 6/8, délégué aux anciens combattants et aux affaires militaires, ainsi que d’une cohorte remarquable d’élus de Saint-Victoret qui, eux, ont fait honneur à leur rang comme Monsieur Pascal LALLE Commissaire Général de la Police Nationale, ancien DSP venu de Paris pour l'occasion.

S.E. l'Ambassadeur du Liban (h) Tony Braidy, les généraux, Jean-Paul Andreoli, Alain Chopin et Jean-François Briant, les Colonels Allain Carles et Gérard Vidal, le Divisionnaire Vicent Guivarch, tous accompagnés par leurs épouses.  

Mgr. Jean-Marc Aveline et le médecin-capitaine Alain Bourdon, sans le savoir et sans le vouloir, ont illustré de la même façon la gloire du prêtre et du soldat. En lisant avec ferveur la première lettre de Saint-Paul apôtre aux Corinthiens Alain Bourdon, ancien officier de la Légion Etrangère, a évoqué « ce corps qui ne fait qu’un, même si ses membres sont différents. Nous sommes tous baptisés pour ne former qu’un seul corps et chacun d’entre vous est membre de ce corps ». Saint-Paul parlait évidemment du corps du Christ, mais le Dr. Bourdon avait sans doute en même temps une pensée pour un autre corps, tout aussi homogène, celui de la Légion Etrangère, et ses membres de diverses origines.

Mgr Jean-Marc Aveline, avec la verve qu’on lui connait, a pris le même chemin que le Dr.Bourdon en faisant un parallèle sublime au cours de son homélie entre le prêtre et le soldat qui ont un point commun magnifique : ils vont l’un et l’autre au bout de leur mission. Natif de Sidi Bel Abbès en Algérie, berceau de la Légion Etrangère, Mgr. Jean-Marc Aveline a grandi autour des képis blancs et toute sa prédication a été un hommage vibrant à la Légion Etrangère. Pour les légionnaires comme pour les prêtres, le merveilleux annonce le tragique. La mission est parfois synonyme de sacrifice. Des légionnaires tombent pour la France en Afrique pendant que des prêtres meurent pour leur foi au cœur d’un quartier musulman des Philippines.

« Jésus a suivi à la lettre le programme périlleux d’Isaïe pour tisser de l’éternel avec les fils du quotidien, a dit Mgr Aveline, mais cette parole a conduit aussi Jésus au calvaire ». Eh bien, il en va de même des soldats qui suivent le valeureux exemple de leurs aînés : ils vont jusqu’au bout car telle est leur mission terrestre. « Ne pas dévier de sa mission, même au péril de sa vie, c’est faire l’expérience du salut, on va jusqu’au bout à cause de ce que l’on croit », fait observer Jean-Marc Aveline. Ce que veut dire l’évêque auxiliaire, c’est que Dieu est aussi un soldat qui a donné sa vie pour nous, pour que nous soyons plus grands que la mesquinerie du monde. La vocation militaire et la vocation religieuse ont des racines communes : celles de l’accueil. A la Légion on accueille des jeunes qui malgré leur passé ont promis de donner leur vie à la France. Et les prêtres, eux, donnent leur vie à Dieu en essayant de lui ressembler jusqu’au bout.

Comme Zachée juché sur un arbre, Jésus connait nos faiblesses et nos médiocrités. « Descends, dit Jésus à Zachée, c’est chez toi que je veux aller manger ». Le salut, c’est d’être sauvé afin que le Seigneur fasse chez moi sa demeure. Prions pour les soldats qui ont en charge la sécurité de la France, prions pour ceux qui ont donné leur vie pour la France, et confions-les à la miséricorde de Dieu », a conclu Mgr Aveline. Comme l’a joliment dit, le colonel (h) Michel Richaud, dans une allocution d’une étincelante sobriété, la haine et la vengeance doivent cesser pour que triomphe l’amour. La flamme du souvenir ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas.

José D’Arrigo. 

Cliquez sur la  photo pour l'agrandir 


00035045 mis à jour 00044017  

 Texte et photo © Monsieur-Légionnaire  

 

Catégorie : Non catégorisé
Affichages : 5371