Fil de navigation

Conférence d'Eric ZEMMOUR
La guerre civile ou la soumission (1)
Eric Zemmour ny est pas allé par quatre chemins jeudi soir à Marseille lorsquon lui a demandé s'il fallait ou non quitter la France en raison des menaces qui pèsent sur l'identité de notre pays à lhorizon 2040 : "non, a-t-il répondu, il faut rester et se battre". Sil est vrai que l'avenir de la France est inscrit dans le registre de ses naissances et qu'une "offensive civilisationnelle" est en cours contre les valeurs de la France traditionnelle nous ne devons pas rester les bras ballants en attendant le chaos.
Photo © Constantin LIANOS
 
Selon léditorialiste de RTL et du Figaro, si lon fait confiance aux politiques qui gouvernent notre pays depuis plusieurs décennies, en désarmant systématiquement le peuple pour l'empêcher de se défendre, l'alternative sera dramatique : l'avenir de la France sera la guerre civile ou la soumission. La solution, pour éviter ce cauchemar, consiste pour lui à jouer sur les trois tableaux dont personne ne parle et que les journalistes nosent pas désigner : « l'invasion (des clandestins et des migrants), la colonisation, et la conflagration."
 
« un étranger qui vient travailler à la demande du pays daccueil, c'est un immigré en conformité avec la loi, dit-il,  un étranger qui s'installe sans droit ni titre ou qui profite de l'humanisme de la législation française est un envahisseur, et ceux qui prétendent vivre ici en adoptant les traditions et les mœurs de leur pays dorigine sont en réalité de nouveaux "colons".
Photo © Constantin LIANOS
Ce laxisme concernant laccueil de nombreux étrangers et les réticences des bonnes âmes  pour les expulser ont abouti à léviction des "petits blancs" ou à leur départ pour la périphérie. Cest ainsi que de nombreux territoires sont devenus des zones étrangères à la république, des zones de non-France et de non-droit.
 
Voilà comment de nombreux européens se sentent aujourdhui des étrangers dans leur propre pays. Ce constat révolte un grand nombre de Français qui redoutent la troisième étape ciblée par Eric Zemmour : « la conflagration »il ne s'agit pas, comme on le croit, des assauts du califat islamique pour créer la division au sein de la communauté française et inciter les citoyens à se rebeller contre les musulmans. « Non, dit Zemmour, les djihadistes attaquent le ventre mou de lEurope, la France, pour imposer plus vite la domination de l'islam. La France est à prendre, on va lintimider, la terroriser, et elle va se coucher. Pour les Frères musulmans, il suffit de laisser jouer la démographie galopante et lhumanisme à la française et dans vingt ans la France sera une république islamique, vouée à la Charia"
 
Zemmour se réfère à un récent sondage qui estime à 30 pour cent le nombre de musulmans français qui considèrent que la Charia est supérieure à la république. De nombreux jeunes quittent la France parce quils sentent, instinctivement, que la situation peut fort mal tourner. A cet égard, lenjeu essentiel de la prochaine élection présidentielle sera celui de l'identité et de la survie de la nation française souveraine.
 
Les hommes politiques, élus et réélus depuis vingt ou trente ans, sont-ils à ce point aveugles ? « Non, répond Zemmour, ils ne voient pas plus loin que leur circonscription et disent : après moi, le déluge !
 
On achète la paix sociale avec les dealers et les imams et lon retarde le moment fatidique. Les politiques sont domestiqués par les juges, corsetés par lEtat de droit, par lunion européenne, par la pensée obligatoire dictée par les médias (« pas d'amalgame") et ils semblent être aujourd'hui des Gulliver empêtrés dans leurs liens".
 
Le constat de Zemmour est simple : le multiculturalisme, le mélangisme, cest la guerre. Les remèdes ne peuvent être que drastiques : fin de limmigration de peuplement ou de remplacement, fermeture des frontières comme dans les pays de lEst ou le Danemark, suppression du droit du sol, expulsion réelle des clandestins, retour à lassimilation avec interdiction réelle de tout signe religieux dans lespace public, fin de la repentance et de la haine de soi inoculée par la propagande médiatique.
 
Le vote de 2017 sera avant tout un  vote identitaire. Si les Français « ne se réveillent pas », comme le souhaite Nicolas Dupont-Aignan, le peuple français continuera de se dissoudre lentement «  ans le magma du mondialisme universel et ce sera l'avènement d'une humanité globalisée, métissée et sans racines..."
 
Avant de dédicacer son dernier livre, Zemmour livre mezza voce une ultime confidence : « Mesdames et messieurs, ne vous faites aucune illusion, il est peut-être déjà trop tard".
 
José d'Arrigo, (commission culture AACLEM)
***
(1) Personnellement je dirai les deux, mais cela n'engage que moi.
Constantin LIANOS