Skip to main content

Les actualités de
Monsieur Légionnaire

Compte rendu de la visioconférence du 1er juillet 2023 donnée par le CC Philippe ROUX

 Fleche 2«Emploi des moyens aériens nationaux dans la lutte contre les feux de forêts», donnée par le Capitaine de Corvette Philippe ROUX ancien de l'aéronavale, actuellement commandant de bord de Canadair.

AACLE-1er-juillet-2023-10h30.png

AACLE-2023-07-01-11.20.42.png

AACLE-2023-07-01-11.23.37.png

Compte rendu de José D'ARRIGO :

Philippe Roux : un expert qui parle vrai

Est-ce que vous connaissez la musique d’ascenseur ? Il s’agit du cliquetis produit par l’ouverture et la fermeture des portes d’un ascenseur sur le seuil de votre appartement. Vous en prenez tellement l’habitude que vous n’y faites même plus attention. Le « bruit » qui émane de votre téléviseur est quasiment identique lorsque de prétendus « experts » défilent sur votre petit écran pour vous expliquer ce que vous êtes censés devoir penser pour être admis dans la bonne société. Votre ouïe est tellement habituée aux sornettes et au bourrage de crâne que vous écoutez distraitement et lorsque, soudain, un homme parle vrai, un homme dit vrai, vous tendez l’oreille et vous vous précipitez pour savourer des propos francs et sincères qui vous paraissent…inouïs !

Eh bien, le capitaine de corvette Philippe Roux, commandant de bord de Canadair, n’a pas eu besoin de préciser qu’il était un spécialiste de la sécurité civile, un pilote d’expérience et un fin connaisseur de la lutte aérienne contre les feux de forêts, il n’en a pas eu besoin car les nombreux auditeurs de sa visioconférence du samedi 1er juillet sur « les moyens aériens employés dans la lutte contre les incendies » ont été passionnés par l’intensité de ses propos, leur rigueur professionnelle et leur totale sincérité. Voilà un homme qui sait ce qu’il dit parce qu’il a passé des centaines d’heures à bord d’un « fer à repasser » (Canadair) pour « taper » contre les incendies. Et zéro minute dans les médias pour s’en glorifier…

« La plus grande sagesse de l’homme consiste à savoir ce qu’il dit », prophétisait Socrate. Tel est le cas de Philippe Roux, ancien pilote de chasse, titulaire de 4000 heures de vol au service de la France et qui a effectué de nombreux appontages de jour comme de nuit sur les porte-avions Foch et Clémenceau avant d’embrasser la carrière de bombardier d’eau au sein de la sécurité civile. Depuis une vingtaine d’années, il se bat sans relâche tous les étés contre les feux de forêts qui ravagent la France et l’Europe du Sud. 

Contrairement aux craintes exprimées en mars 2017, le déménagement de la base des avions de la sécurité civile de Marignane à Nîmes-Garons en mars 2017 s’est fort bien passé. Le site de Marignane était devenu trop vétuste, les parkings y étaient trop exigus et les contraintes de sûreté pour y accéder (fouilles, contrôles incessants comme n’importe quel passager) y étaient insupportables. A Nîmes, le parking prévu pour les avions est déjà saturé et il est impossible d’envisager une augmentation de la flotte, mais on ne déplore aucun embouteillage pour l’entrée et la sortie la plus rapide possible des avions compte tenu de l’urgence des interventions. « Et puis la piste est à nous, constate le capitaine de corvette, seule la compagnie Ryanair fait décoller un appareil par jour à Nîmes, ce qui ne gêne personne. Nous disposons aussi d’un bâtiment pour abriter les pilotes, d’un amphithéâtre pour les conférences et les briefings et nous sommes en liaison constante avec le ministère de l’Intérieur ».

Depuis les années 60 où les premiers Canadair larguaient des tonnes d’eau sur les feux au petit bonheur la chance, les choses ont bien changé : la coordination air-sol entre les pilotes et les sapeurs-pompiers est quasiment permanente et parfaite, la France étant devenue un exemple dans le monde. Les missions de reconnaissance en hélicoptères affrétés par les collectivités locales permettent aux responsables de la sécurité civile et aux pompiers de jauger au plus juste la balance des moyens qui doit être mise en œuvre pour juguler les feux. « Nous n’avons pas assez d’avions pour lutter contre tous les feux en même temps », confirme Philippe Roux et…il faut donc parfois faire des choix cornéliens entre tel ou tel engagement de moyens aériens sur tel ou tel sinistre.

L’an dernier a été une saison exceptionnelle : 8000 heures de vol pour les 12 Canadair, les 8 Dash et les 3 petits Beechkraft, des feux importants partout, plus de 13 000 écopages… « Les feux s’étendent sur tout le territoire mais nos tactiques et notre stratégie globale de lutte s’améliorent d’année en année et nous connaissons moins de saisons catastrophiques », relativise Philippe Roux. L’ennui, c’est que la construction de cette flotte de Canadair extrêmement efficace et que le monde entier nous envie date de 1995 et qu’il faudrait donc songer à son remplacement. Or, le Canadair est un avion amphibie très cher : le Maroc s’est fait récemment livrer neuf appareils à 40 millions d’euros pièce ! C’est la société De Havilland au Canada qui a pris le relais de Bombardier et il faut compter plusieurs années entre la commande et la livraison.

Chaque Canadair largue six tonnes d’eau sur les feux et il fonctionne en noria de quatre appareils toutes les vingt quatre minutes. L’inconvénient du Canadair c’est qu’il ne fait que du feu de forêt. L’hiver, il ne sert à rien. En outre, sa maintenance est délicate car il écope le plus souvent de l’eau salée et le sel encrasse les pièces qu’il faut maintenir aux normes civiles. Le commandant de bord est assisté d’un co-pilote susceptible d’intervenir à tout moment en cas de défaillance du pilote.

Les Dash, eux, sont d’anciens avions de ligne qui ne sont pas conçus pour évoluer dans le relief ni dans un ciel obnubilé par les panaches de fumée. Ils larguent dix tonnes de produit retardant sur les incendies et sont donc extrêmement efficaces en dépit d’un rayon de virage plus restreint que celui des Canadair et d’un facteur de charge plus compliqué. Les rotations de Dash sur un feu naissant ont lieu toutes les trente minutes et permettent souvent de retarder sa progression. L’avantage avec le Dash, c’est que l’hiver il peut être reconverti en avion de transport en ôtant sa verrue de dix tonnes sous la carlingue. Il peut servir, utilement, par exemple, à certaines reconduites à la frontière de certains OQTF récalcitrants…

Les trois petits Beehckraft sont des appareils assez rapides, très maniables, qui effectuent des missions de reconnaissance avec un officier des sapeurs-pompiers à bord qui proposera le choix de tel ou tel moyen à adopter sur tel ou tel feu, en coordination avec les pompiers au sol. Le « Beech » devient à haute altitude le « shérif du feu », celui qui va ordonner les actions les plus appropriées et déterminer les choix tactiques de lutte en gérant au mieux les moyens potentiels avec le commandant des opérations de secours.

Il faut aussi tabler sur l’effectif disponible des 90 pilotes de la base. Paris contrôle tout le processus de mise en œuvre des moyens de bout en bout. La sécurité des avions et des pilotes est le leitmotiv de la base aérienne en raison des risques encourus. Un service, peu connu du public, permet d’extrapoler toutes les données de vol enregistrées sur Canadair pour les passer au crible chaque semaine et analyser (anonymement) d’éventuelles dérives de trajectoires, d’altitude, ou de largages. Ce retour d’expérience est très utile car il permet de ne pas faire deux fois les mêmes erreurs.

La base dispose de dix-neuf pélicandromes dans le sud de la France pour le ravitaillement des avions en produit retardant ou en eau. « Notre stratégie est la plus aboutie en Europe », insiste Philippe Roux qui a lui-même donné des conférences aux Etats-Unis pour initier les Américains aux techniques françaises de lutte aérienne. Ce qui a changé depuis 2020, c’est l’engagement des moyens aériens sur le nord de la France, désormais touchés eux aussi par une sécheresse durable. Le pré-positionnement de camions à chaque carrefour sensible pour parvenir le plus vite possible sur zone est aussi une technique qui porte ses fruits. L’essentiel, c’est la stratégie mise au point par Charles Pasqua du guet aérien armé pour juguler dans l’œuf tout feu naissant et empêcher son développement. Cette disposition a permis de faire baisser les surfaces brûlées de 46 000 hectares par an à 10 700 !

En fait, Philippe Roux estime que la qualité première d’un combattant du feu, c’est l’anticipation. Et il a diablement raison si l’on recense les « champignons atomiques », c’est-à-dire les gros incendies qui ont dévasté notre région, souvent en raison d’un certain retard dans l’attaque massive et la force de frappe aérienne. « Dans certains cas d’incendies attisés par un vent violent, on ne peut que guider un feu, le contenir, mais pas le circonscrire ni le maîtriser, explique Philippe Roux, on matraque le feu à fond pendant le jour et on épaule au mieux les pompiers au sol par nos largages d’appui avant la nuit ».

Une nouveauté peu connue : celle des « boules optroniques » qui équipent les avions et renvoient des images du feu, sorte d’œil aérien qui permet une meilleure expertise du feu grâce à une investigation directe et donc d’envisager les actions susceptibles de l’endiguer. La crainte des pilotes, c’est aussi l’usage intempestif de drones par des curieux ou des touristes qui peuvent endommager les avions d’intervention. Les pompiers, eux, savent pertinemment qu’il ne faut jamais utiliser un drone lorsqu’un avion intervient sur un feu. 

Chaque pilote de Canadair est contraint de cesser son travail après huit heures de vol et (théoriquement) 60 largages. Il ne doit pas excéder vingt heures de vol sur trois jours, trente-cinq heures sur sept jours et quatre-vingts heures sur trente jours. La flotte est surdimensionnée sur les saisons de basse intensité et sous-dimensionnée sur les grosses saisons.  Les deux gros problèmes de l’avenir sont d’abord le remplacement de la flotte (« nous n’avons aucune visibilité sur ce chapitre », dit Philippe Roux) et celui des pilotes dont le recrutement est très difficile avec des candidats qui ne parlent plus de passion du vol ni de service désintéressé pour la France mais de congés, de rémunérations et de temps de travail. Ils préfèrent partir voler sur Air-France ou devenir formateurs à l’étranger, ces postes leur rapportent bien davantage, même si un effort louable sur les salaires des pilotes a été récemment consenti.

Le lieutenant-colonel Constantin Lianos, qui a travaillé de nombreuses années aux côtés de Philippe Roux dans l’état-major de lutte contre les incendies, a déploré ces fuites à l’étranger par manque de reconnaissance. Il a également abondé dans le sens de Pierre Godicheau qui mettait en exergue l’absence de péréquation des moyens entre les divers pays européens pourtant soumis aux mêmes périls. Bref, l’Europe des feux n’existe pas.

Le général Jean-Paul Andréoli a conclu avec sa sobriété habituelle cette conférence magistrale de Philippe Roux, un homme qui fait honneur à sa mission et à la France.

Le général a estimé que les explications de l’intervenant étaient «très claires», même pour les béotiens que nous sommes. La base de Nîmes-Garons est devenue «un pôle d’excellence» et il est dommage qu’elle ne dispose pas d’un simulateur de vol et d’incendie. Il a loué la notion de «guet aérien armé» et confirmé que l’usage intempestif de drones peut mettre en danger la vie des pilotes, toute l’aéronautique étant concernée. Quant au recrutement et à la fidélisation des pilotes, c’est devenu un problème national.

José D’Arrigo

x

Bonjour Constantin,
Le lien vers l'album des photos résérvé aux membres de l'AACLE de la visioconférence de ce jour est sur la partie privée du site de Monsieur Légionnaire.

Bravo au commandant Philippe Roux pour la clarté de son exposé en ligne. Ceci m'a rappelé l'excellent souvenir d'une période où j'ai été, comme toi, officier de liaison au COZ, pendant 10 ans.
Nous y avons connu des étés très "chauds" : ça aura été notre "guerre du feu"...
Amitiés à vous deux.
Christian Sabatier

x

Cher Constantin,
Belle visioconférence qui tombe à point nommé ce 1° juillet pour nous plonger dans le feu de l’action d’un commandant de bord de Canadair. La date en ce début d’été ne pouvait être mieux trouvée. Cette Visio m’a considérablement rajeuni en me reportant en Corse du temps de la BAN Aspretto quand je recevais, l’été, le détachement de la Sécurité civile et ses Canadairs, puis en me revoyant à Nîmes Garons qui, tout en reconnaissant les anciens "hangars aviation" abritant les Atlantic 2 NG (ATL 2), a bien changé depuis les années 2000.
CC Philippe Roux fait honneur à la marine, à l’Aéronautique navale, à la Chasse embarquée et à la Sécurité civile. Merci de nous avoir fait connaitre cet homme au cursus professionnel et humain remarquable. Il faut relire son CV. Et saluer l’homme. Que n’avons-nous en France beaucoup d’autres hommes de cette trempe et de cet engagement pour éteindre d’autres feux, ceux qui flambent nos villes, notre quotidien présent et notre société, pour ne pas dire notre civilisation.
Donne-moi, Constantin, son adresse où lui envoyer le « Camp des Garonnais ».
Bon dimanche à venir à vous deux.
Jean-Noël Beverini.

x

Fleche 2Cette visioconférence est dédiée à la mémoire à l'équipage de Pélican 36 morts pour la France à proximité de Calvi en 2005

Pelican-36.jpg

Constantin LIANOS,

Président-fondateur de Monsieur Légionnaire, de l'AACLE et ses réseaux.

Logo ML1

© Monsieur-Légionnaire 

Appeared first in https://monsieur-legionnaire.org July 1th 2023
Respectez le travail des autres, au lieu de copier coller, mettez le lien.    Monsieur-legionnaire.jpg
  • Vues: 2904