Les actualités de
Monsieur Légionnaire

Compte-rendu de la visioconférence internationale du 7 mai 2022

Compte-rendu de la visioconférence internationale du 7 mai 2022 avec le thème «Aperçu géopolitique des relations entre les Étas-Unis et l'Europe» 



Album photos réalisé par le Lcl
Christian SABATIER

Compte rendu écrit du Commissaire en chef Jean-Noël BEVERINI, (membre de la commission culture de l'AACLE, membre de l'académie de Marseille et Toulon):

Visioconférence internationale donnée du général Jean-Paul Andréoli aux membres de l'AACLE et de l’ANACLE le 7 mai 2022
Un film ! Le général Jean-Paul Andréoli a présenté plus qu’une visioconférence, un véritable film sur le thème qu’il avait choisi de traiter devant les 241 auditeurs de l’ANACLE :
 
« Aperçu géopolitique des relations entre les Etats-Unis et l’Europe »
 
Je devrais même dire, plus qu’un film, un western. Amérique oblige !
La conquête, les guerres, la Paix, les ambitions, la volonté permanente de domination, les changements d’orientation de politique internationale … Une saga de plus de cinq siècles depuis qu’en 1492 Christophe Colomb …
 
Les Amériques étaient déjà peuplées de 7 à 8 millions d’amérindiens (y compris Canada et Mexique) mais point d’État sur cet ensemble géographique de 10 millions de Km2, équivalent à l’Europe, à peine supérieur à la Chine mais moitié de la Russie. Napoléon déclarait « L’histoire des peuples est dans leur géographie ». Cette géographie conditionne la géopolitique, terme que le conférencier commença par définir comme l’influence des éléments géographiques sur la politique.
 
Trois temps dans le western du Général :
 
  • Le premier consacré aux traits et caractères originaux des Etats-Unis,
  • Le second centré sur les relations avec l’Europe,
  • Le troisième axé sur les relations postérieures à la seconde guerre mondiale.
 
AMERICA FIRST
 
Tout le monde accorde la paternité de l’expression à Donald Trump. Il n’en est rien. Le terme apparaît dès le 11 septembre (!) 1940, un fort courant militant alors contre l’implication des Etats-Unis dans la guerre en Europe. America first ! Le général montrera que rien n’a changé.
 
Mais revenons aux Pères fondateurs, à leur arrivée sur le Mayflower (1620) et à nos Indiens. Largement décimés (variole, rougeole, syphilis et … guerres) de telle sorte que certains historiens ont pu parler de génocide. Difficile de conclure. En tout état de cause, il n’en reste plus que quelques centaines de milliers parqués dans des Réserves en face de 330 millions d’américains. Population donc insignifiante et pour laquelle certains États n’ont accordé le droit de vote qu’après 1948.
 
Les nouveaux arrivants, nouveaux colons, principalement composés d’espagnols et de français, s’implantent sur la côte Nord-Ouest. Mais au plus fort de la colonisation les français ne seront que 60 000 alors que les britanniques dépasseront plus du million. Les Indiens, eux, sont pratiquement éliminés. L’implantation des 13 premières colonies s’effectue en trois zones :
 
  • La Nouvelle Angleterre au Nord,
  • La Colonie du Sud,
  • Les colonies intermédiaires (N. York).
 
Déjà se voit la répartition entre le Nord et le Sud qui conduira à la Guerre de Sécession (758 000 morts). Écrasées d’impôts par la Grande Bretagne, les colonies se révoltent contre la Mère-Patrie : c’est la Guerre d’Indépendance. Le conférencier de rappeler les hauts-faits de La Fayette, Rochambeau, de Grasse. J’y ajouterai ceux du Bailli de Suffren, le plus grand marin de notre histoire, le seul qui parvint à vaincre les anglais sur mer ! La France s’oppose, en effet, à la Grande Bretagne et les britanniques sont définitivement dominés à Yorktown (1871). L’amitié franco-américaine date de cette époque. Mais le général de préciser : en politique et en relations internationales l’amitié n’existe pas. Seuls les intérêts comptent. Et pour l’Amérique : America first.  
 
Une mission divine de refondation du monde
 
État laïque, les USA sont cependant empreints de religiosité. (Le président prête serment sur la Bible). Un protestantisme dominant malgré une très vaste diversité religieuse acceptée. Et le conférencier de citer l’ouvrage de Max Weber : L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Foi en Dieu, foi en la liberté et foi dans la mission divine de refonder un Nouveau Monde. Croyance messianique en une prédestination divine. Quand l’Amérique intervient, c’est le Bien contre le Mal. C’est le Bien qui, forcément, intervient contre le Mal.
 
Telle était déjà la conception lors des deux guerres mondiales. Telle était pareillement la conception dans la guerre en Afghanistan. Mais nous sommes déjà après 1945.
 
L’influence des USA depuis la seconde Guerre mondiale
 
Trois périodes à distinguer. Après l’isolationnisme qui a prévalu jusqu’à la première Guerre mondiale (1776-1917) s’ouvre une période de montée de puissance des Etats-Unis entre les deux Guerres. La Guerre froide marque une nouvelle période (1946-1991) avec la « victoire » des USA consacrant la super puissance américaine (1991-2001) jusqu’à l’attentat du World Trade Center, la lutte contre le terrorisme et l’émergence de la Chine.
 
Premier Flash Back sur l’entrée en guerre des USA en 1917 (2 avril),  l’arrivée concrète des troupes en mars 1918 (2 millions d’hommes) et toujours ces ressorts de combat de la démocratie contre les empires centraux sans oublier la réaction contre l’atteinte au commerce atlantique.
 
Second flash Back sur le matin du 7 décembre 1941 avec l’attaque de Pearl Harbour par le Japon sans déclaration de guerre. 2500 morts américains et les lourds dégâts à la Flotte. Mais les porte-avions n’ont pas été repérés par l’aviation japonaise ! Interrogation. Fallait-il pour intervenir …
 
Aujourd’hui l’isolationnisme a laissé place à un interventionnisme multiforme. Le général présente un diaporama impressionnant (vue 11/12). En rouge les pays de l’OTAN en limite de la Russie. On parlait précédemment  de rideau de fer pour l’ancienne URSS. Sur cette onzième vue, un véritable rideau rougeceinture l’Ours russe. 30 pays aujourd’hui adhèrent au Traité de l’Atlantique Nord. Une extension continue vers l’Est. Seules la Biélorussie et l’Ukraine n’ont pas adhéré. Cause de la tension actuelle entre la Russie et l’Ukraine ?
 
L’OTAN PRÉCISÉMENT  
 
L’OTAN est placé sous un double commandement :
- un commandement opérationnel,
- un commandement chargé de la transformation (technique, organisation, réflexion).
Le commandement opérationnel appartient toujours et exclusivement à l’Amérique. L’OTAN selon l’expression qu’utilisera en conclusion le général Henri Roure est « la gendarmerie américaine ».
 
Illustration en Afghanistan
 
Les USA entrent en Afghanistan sans autorisation de l’ONU. Ils y resteront 10 ans, trouvant en Ben Laden l’incarnation du Mal. Des questions sont soulevées : l’Afghanistan, terrain d’affrontement contre l’Occident ? Pourquoi ? Le théâtre est proche de la Chine, de l’URSS, de l’Inde … Ben Laden capturé … au Pakistan. Que d’étrangeté. Volonté d’implanter la démocratie en Afghanistan ? Fiasco sur toute la ligne. Le scenario du film, pour conserver notre pellicule, plutôt notre image, est une catastrophe : 2400 morts américains, 24 milliards de dollars. Si le danger terroriste existe bien, est-il concentré en cet endroit ?
 
 
Une hégémonie américaine en perte de vitesse ?
 
Face à la défiance née à l’égard de l’OTAN, des puissances rivales se font jour. Les USA ne maîtrisent plus les conflits actuels (Ukraine). L’hégémonie américaine est en perte de vitesse. Quel sera l’avenir dans un monde qui évolue de façon tout à fait chaotique ?
 
Clap de fin pour le passionnant « western » du général. Un film qui ravit tous les auditeurs de l’ANACLE, attentifs à ce point à la conférence qu’aucun ne quittera son écran jusqu’à la dernière image du film, pardon de l’intervention !
 
Une belle participation et une forte conclusion
 
Les questions seront nombreuses : de Mr Frédéric Benoliel (Tokyo), Mr Pierre Godicheau (Paris), Dr Bachira Tomeh (Rouen), Mr Benjamin Dupal (Singapour), Me Nicolas Audier (Vietnam), Antoine Panazollo (Espagne).
 
Dans sa conclusion, le général Henri Roure souligna l’Ubris, l’orgueil démesuré dont fait souvent preuve l’Amérique, rappela la doctrine de Monroe condamnant toute intervention européenne dans les affaires des Amériques et toute intervention de l’Amérique dans les affaires européennes. L’ « affaire » Ukrainienne pourrait être le coup d’arrêt donné aux USA. L’Occident n’est pas le monde. D’autres pays sont, soit indifférents, soit soutiennent la Russie. La Russie et la Chine mènent, par ailleurs, une politique de « dé-dollarisation » (paiement en rouble et en yuan). Le monde est désormais un monde éclaté. Que va devenir la puissance étasunienne ? La politique des USA va t-elle être contestée ? Et la France ? Fait-elle du « suivisme » ? Telle est la problématique majeure : quelle est notre souveraineté ?
 
THE END
Jean-Noël Beverini

Merci au Général Jean-Paul ANDREOLI pour cette visioconférence magistrale, au Général Henri ROURE pour sa conclusion pertinente, à tous les membres et amis auditeurs qui ont préféré être en ligne avec nous au lieu d'aller faire leurs courses du samedi.

Bravo au Professeur Franck BILLMANN qui a suivi avec son smartphone durant son déplacement entre Heidelberg et Strasbourg.

Les membres et quelques VIP seulement ont reçu ce jour le lien et le code d'accès pour le téléchargement et/ou replay de cette visioconférence.

Lieutenant-colonel Constantin LIANOS, Président-fondateur
                                                                    © Monsieur-Légionnaire
 Firts appeared in https://monsieur-legionnaire.org on May 7th, 2022
Respectez le travail des autres, au lieu de copier coller, mettez le lien SVP
Contact:  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Monsieur-legionnaire.jpg
  • Vues: 382
Pour nous contacter par courriel allez dans contact, en cas d'urgence, mettez dans votre message votre numéro de téléphone. Constantin LIANOS, Président-fondateur.