Skip to main content

Les actualités de
Monsieur Légionnaire

Saint Denis le 12 octobre 2023 à Notre Dame de la Garde

Comme tous les ans les porte-drapeaux assistent à la messe de leur Saint Patron.

Ce 12 octobre c'est en la Basilique de Notre Dame de la Garde qu'ils se sont donnés rendez-vous. 

À 10h30 les porte-drapeau entraient en procession suivi par le Père Olivier.

Saint-Denis-Photo-Constantin-LIANOS_8029.jpg

 

 Saint-Denis-Photo-Constantin-LIANOS_8042.jpg

Une très belle messe célébrée par le Père Olivier SPINOSA, recteur de la Basilque.

Saint-Denis-Photo-Constantin-LIANOS_8045.jpg

Un dépôt de gerbe a eu lieux devant la plaque commémorative dédiée aux combattants volontaires en présence du Père Olivier et de Madame Lisette NARDUCCI Un dépôt de gerbe a eu lieux devant la plaque commémorative dédiée aux combattants volontaires en présence du Père Olivier et de Madame Lisette NARDUCCI, Adjointe au Maire de Marseille en charge des Familles, des Mémoires et du Monde Combattant, toujours présente aux activités des anciens combattants.

Saint-Denis-Photo-Constantin-LIANOS_8024.jpg

Le Légionnaire de 1re Classe Eddy COULANGES porte-drapeau et le Lcl Constantin LIANOS Président-fondateur de l'AACLE, un grand merci à Eddy (plongeur professionnel) pour sa présence, il a posé un jour de congé pour être présent à cette très belle messe annuelle organisée par l'Association des Porte-Drapeau de Marseille et sa région.

Saint-Denis-Photo-Constantin-LIANOS_8031.jpg

Bravo aux porte-drapeau qui ont fait le déplacement.

Les porte-drapeau sont rares, il faut encourager ces volontaires de porter les drapeaux de leur association.

L'AACLE prend à sa charge les frais inhérants à cette mission y compris l'affiliation du porte-drapeau à l'APD de Marseille et sa région. 

xxx

Qui était Saint Denis ?

Denis ou Denys (de Dionysos, dieu grec de la vigne et du vin !) a participé à l'évangélisation de la Gaule au IIIe siècle comme chef chrétien ou comme premier évêque de Paris. Il aurait été «décollé» (pour les martyrs, on emploie le mot «décollation» de préférence à celui de décapitation) en 258, sous le règne de l'empereur Valérien et de son fils Gallien, sur la colline de Montmartre...

Il fut alors inhumé au Vicus Catolacus, au nord de Paris, et sa tombe, à l'emplacement de l'actuelle basilique de Saint-Denis, ne tarda pas à attirer des pèlerins. Vers 475, sainte Geneviève fit élever à cet endroit une première église. Un siècle et demi plus tard, le roi Dagobert fonda un monastère bénédictin.

Une pieuse légende raconte que le martyr aurait, après sa décapitation, porté sa tête jusqu'à l'endroit destiné à son inhumation.

À vrai dire, ce miracle a été imaginé au IXe siècle par les moines qui se sont inspirés d'un autre Denis, grec celui-là, que l'on classe parmi les martyrs «céphalophores» qui, selon la légende, auraient porté leur tête après leur décapitation (on recense pas moins de 120 martyrs de cette sorte !).

Les moines voulaient de la sorte relever le prestige de leur abbaye et attirer en plus grand nombre les pèlerins, source irremplaçable de revenus et de dons. Ils craignaient aussi que les rois ne délaissent leur abbaye, nécropole royale depuis l'époque de Dagobert.

De la même façon, à la même époque, l'abbé Hilduin de Saint-Denis aurait imaginé que le nom de Montmartre venait du latin Mons martyrium («Mont du martyre»). Selon d'autres sources, ce nom viendrait de la présence, à l'époque romaine, d'un temple dédié à Mercure et d'une vénération locale pour Mars (d'où «Mons mercurii» ou «Mons martis»).

Saint-Denis le saint patron des porte-Drapeaux

L’histoire date du milieu du IIIe siècle. Plus précisément un 10 octobre. Le moment en question est plus une légende qu’une histoire. Mais ce jour marque la Saint-Denis.

Denis est alors l’évêque de Paris. Il est envoyé, avec six autres religieux, pour évangéliser les Gaulois encore sous domination romaine. Il est victime de persécutions et est décapité sur la butte Montmartre. Après avoir eu la tête coupée, Denis se relève, met celle-ci sous son bras et se dirige vers le Nord.

Il marche six kilomètres puis s’arrête à l’endroit où il a choisi d’être enterré. Son choix se porte alors sur ce que l’on appelle aujourd’hui la ville de Saint-Denis (93). Sa basilique devient la nécropole royale et portera son nom. Ce récit reste un symbole fort et important de notre histoire.

©  Photos Constantin LIANOS

Appeared first inhttps://monsieur-legionnaire.org  on October 12th 2023
Respectez le travail des autres, au lieu de copier coller, mettez le lien SVP.
  • Vues: 1010